C’était le 28 septembre dernier au Uptown Geneva que la deuxième édition du festival Afrik Rire et Culture a eu lieu. Au programme, on a débuté par une table ronde sur le thème « Rire du racisme est-il libérateur ? », laquelle table ronde a accueilli des intervenants venus de différents domaines comme la comédie avec Phil Darwin, du cinéma avec Paulin Tadadjeu, du monde universitaire avec Mélanie Pétrémont et du monde littéraire avec Quentin Mouron. La journaliste Jade Albasini assurait la modération. Les différents intervenants ont parlé du contexte du rire, dans quelle situation on est souvent amené à rire, de pourquoi il nous arrive souvent de rire et « si on doit rire du racisme ou si on doit rire des choses douloureuses, il faut doublement réfléchir pour éviter de blesser la sensibilité des personnes », insiste Paulin Tadadjeu. Quentin Mouron pense quant à lui qu´on rit souvent pour se libérer dans certaines situations : «on rit énormément, on rit aussi pour se libérer de quelque chose, peut-être aussi pour tourner en dérision une autorité qui nous oppresse. Le rire a plusieurs formes, l´humoriste est confronté à ces différentes formes au moment de s´emparer du rire et de faire quelque chose de drôle ». L´universitaire Mélanie Pétrémont nous a parlé du racisme silencé qui est un racisme présent et donc on ne parle pas, on fait comme s´il n´existait pas, comme s´il n’y avait rien eu et on peut même en rire devant un acte raciste. Ce sont là des contextes où on rit souvent du racisme.

La deuxième partie de la soirée concernait le rire proprement dit avec le défilé sur scène des différents humoristes venus tous de France. L´expérimenté Phil Darwin a lancé les hostilités en montrant la marche à suivre avant que les jeunes loups aux dents trop longues n´entrent sur scène. Le public de l’Uptown Geneva avait de quoi se casser les côtes si bien qu´il n´a fallu que l´annonce par le maître de cérémonie Antoine Maulini, de passer à l´entracte pour qu´il se rétracte avant d´entrer dans la troisième partie de la soirée avec la rirothérapie du Docteur Patson. Ce « médecin du rire » a bien contenu le public multiculturel de Genève pendant plus d´une heure et demie avec ses conseils et traitements dans un style unique à lui, avant que le festival ne voit se baisser ses rideaux pour un autre rendez-vous l´année prochaine.

 

Merlin Tchouanga