Connect with us

Société

L’intégration en Suisse. Casse-tête des Africains ?

Publié

le

  Au-delà du rêve, surgissent le doute, l’angoisse, la peur soldés parfois par du désespoir, plongeant le migrant dans le désarroi sans possibilité d’entrevoir un brin de lueur des jours heureux qui bouleverserait l’ordre préétablit dans sa subconscience. Poussés pour la plupart, hors de leur terre natale par des régimes totalitaires et corrompus, ces aventuriers de l’aube sont contraints de se lancer dans des projets hasardeux, en s’offrant des embarcations de fortunes au péril de leur vie pour gagner un prétendu Eldorado. Du plus profond de leurs pensées, se chevauchent incessamment des pièces du puzzle quasi difficiles à construire, parsemées de questions sans réponses. Les jours défi lent et se ressemblent. L’oisiveté étant la source de tous les désordres, certains esprits faibles peuvent quelques fois basculer dans la délinquance ou la dépression. L’anxiété, les coups de blues, la tristesse, la démotivation constituent leurs compagnons de route, sans perdre de vue le temps nécessaire à attendre la décision des autorités Fédérales sur l’acceptation ou non du droit d’asile. Après que les premières décisions communément appelées « NEGATIVES » ne soient pas favorables, alors des recours sont formulés par le Service d’Aide Juridique aux Exilés (SAJE) pour ceux qui en font la demande. Par extraordinaire, la missive sacrée de la Confédération tombe et annonce la reconnaissance du statut de refugier et
S'abonner ou se connecter pour lire l'article complet.
Continuer à lire
Clique ici pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *